VE-VH : montée en puissance

La croissance des VE-VH dans le secteur de l’automobile va susciter de nouvelles compétences indispensables en atelier, le GNFA vous y prépare.

 

Les véhicules électriques et hybrides ont mis du temps à s’insérer dans le parc automobile français. Aujourd’hui, le succès de la Renault ZOE, par exemple, et les 33 0817 véhicules légers électriques immatriculés en 2018 prouvent leur croissance. Ce type de motorisation se démocratise également auprès des automobilistes qui peuvent bénéficier d’un bonus maximal de 6 000 euros lors de l’achat. Leur entretien et leur maintenance va devenir une compétence indispensable en atelier pour répondre à la demande. En effet, selon Les Echos Études, le volume de vente prévu d’ici 2025 est compris entre 260 000 et 320 00 véhicules en France.

Les VE-VH supposent de répondre à la norme NF C18-550 sur les risques électriques mais aussi de comprendre et de maîtriser les technologies liées. C’est un moyen pour les professionnels de diversifier et pérenniser leurs offres, d’assurer leur montée en compétences et de se distinguer auprès des clients. Cette activité supplémentaire va donner la possibilité aux garagistes de réaliser intégralement des prestations sur un véhicule, un engagement de qualité pour les consommateurs.

Pour bénéficier d’une approche complète sur cette activité, le GNFA dispose de plusieurs formations adaptées. De la prévention à l’intervention, les modalités d’apprentissage théoriques et pratiques donnent la capacité d’effectuer la maintenance sur des VE-VH en toute sécurité. À destination des mécaniciens-électriciens, des carrossiers et des intervenants de la réparation automobile, ces formations permettent de maîtriser les particularités de ce type de véhicule.