Motorisation essence : société de non consommation

L’année 2015 n’a fait que renforcer une tendance déjà installée en 2013 et 2014. La vente des véhicules essences et hybrides ne cesse d’augmenter. Les réglementations européennes, les fiscalités nationales, les progrès techniques des propulsions alternatives ou encore la situation du raffinage mettent effectivement à mal la suprématie du Diesel.

Le 25 février 2014, le Parlement Européen adopte une nouvelle législation définissant les modalités pour atteindre l’objectif moyen d’émission de C02 des véhicules neufs à moins de 95g/km en 2020.

C’est donc un enjeu sur 5 ans pour les équipementiers et les constructeurs. La taille des moteurs se réduit. Néanmoins, il est important de conserver les mêmes agréments de conduite et d’en diminuer la consommation. Par conséquent, les motorisations essence entrent dans une nouvelle ère technologique et se déclinent de plusieurs façons :

  • downsizés,
  • turbo compressés,
  • à injection directe,
  • avec deux ou trois cylindres …

Face à ces nouvelles technologies, une montée en compétences est donc indispensable aux techniciens de maintenance.

  • comprendre les nouveaux termes contenus dans la documentation technique,
  • diagnostiquer des pannes nouvelles et plus complexes,
  • maîtriser le fonctionnement des systèmes pour les moteurs à injection directe,
  • gérer l’augmentation du nombre d’entrée en atelier,
  • diminuer le temps d’intervention sur chaque véhicule et augmenter la rentabilité de l’activité,
  • prendre connaissance et conscience des nouvelles règles de sécurité induites par la pratique de nouveau matériel.

NOTRE OFFRE DE FORMATION :

Pour pouvoir faire face à toutes ces évolutions, le GNFA propose un cursus de 12 jours (Maintenance et contrôle des systèmes à gestion électronique Essence). L’objectif est permettre aux techniciens de maintenance de réaliser la maintenance, le contrôle et le diagnostic