Réforme formation professionnelle bilan et évolutions

La loi du 5 mars 2014

La loi du 5 mars 2014 (faisant suite à l’Accord National Interprofessionel du 14 décembre 2013) a modifié en profondeur le paysage de la formation professionnelle. 

L’avenant 71 de la convention collective de la Branche des Services de l’Automobile signé en juillet 2014 est venu préciser les déclinaisons possibles pour les entreprises et salariés. Compte Personnel de Formation, cursus certifiant, entretien professionnel... trois ans après, quel bilan peut-on tirer de cette réforme ? 

La réforme en quelques points

La réforme de la formation affichait, lors de sa mise en place différents objectifs. Nous en retiendrons ici trois importants :  

 

  • L’accès à la formation pour le plus grand nombre et la possibilité pour le salarié d’être acteur du développement de ses compétences, de la reconnaissance de son expérience et de son parcours de formation (création du compte personnel de formation en remplacement du DIF).
  • Un dialogue renforcé entre employeur et salarié par la mise en place d’un entretien professionnel tous les 2 ans. Cet entretien permet de faire le point sur les perspectives d’évolution professionnelle des salariés et leurs besoins en matière de formation en cohérence avec les orientations de l’entreprise.
  • La place importante faite aux parcours certifiants avec la reconnaissance des acquis de la formation et la validation des acquis de l’expérience par la mise en place de cursus débouchant sur l’obtention de certifications reconnues par la Branche. 

Ceux-ci convergeant vers une finalité importante : permettre une meilleure visibilité des compétences des collaborateurs et une plus grande mobilité et adaptabilité dans l’intérêt du salarié comme pour la performance de l’entreprise.

Pour cela, il est prépondérant dans toute action de formation de distinguer : 

 

  • Les actions de formation dites spécifiques ont pour objectif de maintenir ou développer les compétences liées à l’adaptation du salarié à son poste de travail. Elles s’inscrivent dans l’environnement de l’entreprise constitué de ses produits, outils et process d’organisation, son appartenance à un réseau…
  • L es contenus génériques eux permettent à leurs bénéficiaires de suivre des formations certifiantes visant à développer des compétences « Métiers » transférables d’une entre-prise à une autre. Et s’inscrivent dès lors dans le cadre des CQP.