Dans le secteur automobile aussi, le changement est en marche

Julie est mécanicienne depuis un an à Saint-Brieuc (Bretagne). Pour elle qui envisageait au départ de devenir pompier, le problème n’est pas insoluble. « Il faut pousser les portes. C’est ce qu’il y a de plus difficile. Une fois dans l’atelier, si tu travailles bien il n’y a plus de souci ». D’autres collaboratrices ont tenu le même discours. « Le plus difficile, ça a été de trouver un stage. Une fois en place, j’ai été embauchée » explique avec le sourire Laura, peintre à Lamballe et toute jeune maman. « J’ai craint que le retour après mon congé maternité soit compliqué mais il m’a juste fallu reprendre mes marques. L’équipe, elle, m’a accueillie le plus naturellement possible ». S’imposer et avoir du caractère est-il suffisant pour faire évoluer les choses ? « La formation est, elle aussi, une clé pour atténuer les différences. Elle légitimise les capacités et permet d’accéder plus facilement à un poste, mais il est aussi important de communiquer » s’exprime Marie-Noëlle Tavaud. 

C'est cet esprit qui a poussé le GNFA a s’associer au groupe Bodemer pour la manifestation

 

 

Maéla • 23 ans • Mécanicienne - BodemerAuto de Saint-Brieuc

Après 5 années dans l’armée où elle a mis à profit son CQP mécanicienne auto dans des pays comme le Niger ou le Mali, elle a intégré le groupe Bodemer début 2016.